SAMEDI 11 AOUT – 20H30

La musique électronique accueille la culture arabe en son sein : c’est le projet que porte Acid Arab qui marie ces deux styles de façon équitable et respectueuse. Une musique sincère et profonde qui prend d’avantage sa source dans une culture. C’est une rencontre entre des instruments, des rythmes, un solfège, une façon de jouer ancestraux et un savoir-faire actuel. Chaque chanson raconte une histoire, celle d’un monde sans barrières et sans domination, à portée de main pour ceux qui veulent bien ouvrir les yeux. Mieux qu’un monde : la France.

Chapelier Fou dévoile un univers fort et captivant, des compositions douces et décalées où les instruments se mélangent aux programmations électroniques. Le multi instrumentiste s’est imposé au fil d’albums qui ont trouvé un bel écho auprès des médias et du public et qui lui ont valu de tourner dans le monde entier. Depuis 2014, le Messin travaille avec un groupe de live (violoncelle, violon alto, clarinette, guitare) qui lui a donné le goût du partage, apporte de l’épaisseur à ses rêveries hypnotiques et lui a permis de dépasser ses limites sur un nouvel album, Muance (2017).

On croyait le raï retourné à ses origines et oublié du grand public, mais Sofiane Saidi, chanteur originaire de Sidi Bel Abbès, lui a redonné vie en s’associant à Mazalda, talentueuse bande de musiciens lyonnais affranchis des frontières et des styles. De répétitions acharnées en concerts extraordinaires, ils montent un répertoire où les reprises laissent place aux créations,  les morceaux gagnant en efficacité et ouvrant la route aux intuitions lumineuses. Avec El Ndjoum (2018) le raï est de retour, Sofiane Saidi est son nouveau roi, Mazalda sont ses nouveaux hérauts.

Share